Manu Bigarnet, artiste et formateur

IMG_2425

« Je travaille depuis plus de trente ans avec des chevaux lourds. Un cheval porteur qui peut maintenir un galop régulier dans un cercle. Un cheval fiable, franc, stable. Nos grands-parents, nos parents l’ont côtoyé dans les travaux quotidiens des labours ou du débardage. Ils s’inscrivent dans une mémoire collective, et nous avons tous connu un Pompon, ou un Bijou, mais c’est vrai que cette mémoire est souvent champêtre ou alors propre à la vie d’une ville qui n’est plus.

C’est tout autrement que ma fascination pour le cheval lourd et large s’est dessinée. Avec ces chevaux aux particularités si visibles, ce qui me passionne, c’est de déjouer la force et la traction qui leur sont habituellement attachées pour faire ressortir la grâce et l’assurance de leur masse à travers une autre souplesse. Revenir avec eux à une liberté originelle, liberté toute relative puisque le dressage est au cœur de la complicité et des créations qui émergent de ma relation avec ces chevaux. En réalité, c’est jouer de la lourdeur pour mieux travailler la légèreté. Une complémentarité des poids et des forces qui fait jaillir tout un univers de langages et d’échanges ou le ressenti entre l’homme et sa monture est tel qu’il en devient palpable pour le public lui-même. »

                     Manu Bigarnet

 

Saut perilleux en repetition 28 copie hp_scanDS_411292117551 copie
Saut perilleux des épaules coloneNB

31 New york

un parcours rare, un savoir-faire singulier

Je suis né à Beaujeu dans le Rhône, le 24 Janvier 1967. En 1985, alors que je passe mon Bac scientifique et technique, l’Ecole Nationale du Cirque voit le jour à Châlons-en-Champagne au sein du CNAC (Centre National des Arts du Cirque). Moi qui ne suis pas de la famille des « gens du voyage », le cirque m’intrigue et fait naître chez moi la volonté et l’espoir de vivre de passions. En Septembre 1985, je suis reçu comme étudiant au CNAC, je fais partie de cette belle aventure : celle de la première promotion. L’école me permet alors de découvrir toutes les disciplines du cirque et d’y trouver ma spécialité : l’acrobatie à cheval.

Ma première rencontre avec l’acrobatie à cheval se fait avec Monsieur Patrick Gruss, professeur au CNAC. Il m’encourage et me conseille vivement de continuer la voltige équestre alors qu’il doit quitter l’école pour rejoindre le Cirque d’Alexis Gruss. Ma seconde rencontre « fondatrice », sera celle de Monsieur Francesco Caroli appelé pour succéder à P. Gruss. J’ai découvert avec Francesco Caroli une face cachée des Arts du Cirque. Une discipline équestre que l’on ne voit que sur gravures ou documents anciens. Une discipline phare, très courante et très prisée au 19ème et 20ème siècle dans les cirques mais qui hélas déclinera et prendra fin avec la deuxième guerre mondiale. Je comprends qu’avec ce « circassien » pure souche, la voltige équestre deviendra désormais pour moi « l’Acrobatie à cheval ».

C’est au cours de ma formation pluridisciplinaire, au CNAC, que je réalise à quel point il était indispensable, pour l’histoire du Cirque de redonner à cet art si noble, une vie, une actualité. Mais aussi et surtout pour concrétiser un projet cher à Francesco : monter un duo d’acrobatie à cheval, unique et audacieux avec des sauts périlleux, des pirouettes, des portés acrobatiques. A force de persuasion, Bernard Quental, étudiant de ma promotion devient le porteur. Je suis le voltigeur et Francesco le Maître.

En 1990, trois années de travail plus tard, avec notre numéro et nos deux chevaux, nous quittons le CNAC pour nous confronter au monde du cirque et du travail. Francesco fête soixante-huit ans, reprend la route comme clown blanc au Cirque Roncali en Allemagne, conscient d’avoir transmis son savoir. Toutes ces années deviendront « le socle de mes connaissances ». En mars, Bernard et moi, accompagnés de nos chevaux Jazz et Domino, sommes invités pour rejoindre avec notre numéro, la troupe du spectacle « Cabaret Equestre » de Bartabas. L’impensable se réalise. La tradition est invitée par le contemporain… Dès le second spectacle, d’acrobate à cheval, je deviens cavalier/acrobate au sein du Théâtre Equestre Zingaro. Cela durera plus de vingt ans. Je parcours le monde et ses grandes capitales, rencontre les publics les plus prestigieux et les plateaux les plus célèbres. 

Le 31 décembre 2010 je participe à mon dernier spectacle « Darshan », au sein du théâtre équestre Zingaro. J’avais pris cette décision quelques semaines auparavant. Une nouvelle vie se présentait à moi. Avec ma famille nous déménageons à Paris.

Après vingt cinq années d’une vie d’artiste riche en expérience et forte en émotion, faire évoluer mon avenir professionnel, vers la recherche, la création, la transmission du savoir, s’impose progressivement. Aujourd’hui, je développe ma propre pédagogie, inspirée de mon expérience professionnelle, par mon parcours et mes rencontres avec de prestigieux  « aristocrates du voyage ». Je suis imprégné par cette idée forte:  le professeur est capable de faire réaliser les rêves et les désirs à un élève, mais plus encore, de faire naître chez lui ce qu‘il n’imaginait jamais.

Entre 2004 et 2011, j’enseigne l’acrobatie à cheval dans des stages conventionnés AFDAS. Janvier 2011, je deviens « Maître Référent » du pôle Equestre au Centre National des Arts du Cirque, de Châlons-en-Champagne. J’enseigne à des étudiants de 1ère et 2ème année et à travers des stages AFDAS.

Octobre 2011, je participe à un duo équestre et burlesque, présenté au Salon du cheval à El Jadida devant le roi du Maroc. La famille Gruss me sollicite pour enseigner et échanger avec la jeune génération, les gestes et les postures du travail acrobatique traditionnel.

Mai 2012, La Compagnie “La Marmite” de la ville neuve de Grenoble, me propose d’être assistant à la mise en scène et intervenant équestre pour leur spectacle « plus proche ». Représentations en mai et juin 2012. Le cirque « Pagnozzo » à Besançon, me propose une collaboration à la mise en scène pour leur spectacle de 2013…

Dans le même temps je suis sollicité par le Parc de Saint-Cloud pour créer une école d’acrobatie à cheval et ainsi mettre en valeur le cheval demi-trait dans le parc. Je suis aussi sollicité par la Ville de Tremblay en France pour m’associer à leur projet intercommunal de développement d’activités équestres artistiques.

Dans ce tourbillon, je découvre combien ma formation initiale au Cnac, de 1985 à 1990 est mon socle de connaissances dans cette spécialité rare : l’acrobatie à cheval. Mon travail en duo, puis ma carrière d’acrobate à cheval, de cavalier m’ont permis de construire un protocole de création lié à la compréhension psychologique et locomotrice du cheval.  

En résumé; ce qui est réalisable, ce qui ne l’est pas, ce qui est dangereux ou ce qui ne l’est pas etc… Cet ensemble structure la transmission de mon «savoir» et me pousse à poursuivre ce chemin vers la recherche pédagogique, la création artistique, le développement du savoir, en toute autonomie. Rencontres, discussions familiales, amis, confrères, personnalités, professionnels, me confortent et s’engagent à m’aider à créer les conditions idéales pour la réalisation du projet ARDEVAC. 

Manu Bigarnet, le 28 janvier 2011

 

one unique path, a rare skill

I am born at Beaujeu (Rhône, France), the 24th of january 1967. In 1985, when I had my technical and scientific degree, the National Circus School was founded in Chalons en Champagne, France, as part of the structure of the CNAC (National Center of Circus Arts). I don’t belong to the family called “road people”, the circus made me curious and opened  my mind to the hope to live passions. In September 1985 I was accepted as a student at the CNAC, and I was lucky to be part of this wonderful adventure : the first promotion of this young school.

The school made me discover all the branches of instructions in the circus and helped me to find my speciality : horse acrobatics.

My first meeting with horse acrobatics was with Mr Patrick Gruss teacher at the CNAC. He encouraged me and advised me strongly to continue vaulting, before he had to quit the school to join Alexis’s Gruss Circus. My second important encounter was with Mr Francesco Caroli, with him I discovered the hidden sides of the profession “circus”, an equestrian discipline which could only be seen on old documents and engravings. This was a very popular discipline in the circus circles during the 19TH and 20TH century, but disappeared with the second world war. I understood with this teacher, a pure product of the circus milieu, that horse vaulting will become for me  horse acrobatics.

I realized  at that time how important it was for the circus history, to restore this noble discipline and give it a second breath, a second life, and actuality. But also to give life to a project dear to Francesco : create a vaulting duet at horse, unusual and unique, with acrobatic holdings, somersaults and twirls. After working hard, Bernard Quental a student like me, became the holder, I was the vaulter and Francesco the master.

In 1990, three working years later, with our performance and our two horses we quit the CNAC, to confront ourselves with the world of the circus and work. Francesco was celebrating his sixty-eighth birthday and took the road again with the Roncali Circus in Germany, as the white clown, aware of having transmitted his know-how. All these years became the base of my knowledge.

In March of the same year, Bernard and I, with our two horses Jazz and Domino and our performance were invited to join the company  the “Cabaret Esquestre” from Bartabas. The unthinkable realized itself : the contemporary invites the tradition…

Already after the second performance of horse acrobat, I became rider-acrobat on horses in the heart of the “Théâtre Equestre Zingaro”.

This has been going on for more than twenty years. I travelled through the world and capitals and met with the most prestigious publics and celebrities.

On December 31st 2010, I gave my last representation in the show ‘Darshan’ of the “Théâtre Equestre Zingaro”. I made this decision a few weeks before, a new life was beginning for me. With my family we moved to Paris.

After 25 years living an artist life, rich in experiences and strong in emotions, progressively I felt that my professional future life, tends towards creation, research and the transmission of a knowledge.

Today I develop my own pedagogy, inspired from my professional experience, and my meetings with prestigious aristocratic people from the circus milieu. I’m haunted by the strong idea that the teacher is able to realize the dreams and the hopes of his acrobat pupil, and more than that, to create in him things that he couldn’t even imagine.

I spend my holidays since more than 17 years in Loix-en-Ré, with my wife in 2006 we bought the family house and restored it. Since that time, with our two children, we created strong relationships with numerous residents of the island. Adding to this the beauty of the nature and the charm of the village, each stay fills me with happiness, I intent to bring together my professional activity and my residence in the heart of my village Loix.

Manu Bigarnet

 

webmaster: MB