Haras du passage

18 Rue de la Genève.

17111Loix

  • Facebook Social Icon

Association Loi 1901 - SIRET 750 478 240 00021  - APE 9001Z

Siège social : 5 impasse du Couvent 17111 LOIX

Numéro de déclaration d’activité formation : 75170229417

Identifiant  Datadock: 0072736

© ardevac

ElOGE DE LA MULE -2019-

Eloge.jpg
Texte.jpg

« Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir »

 

Jacques Brel -  1 janvier 1968 -

L'INTENTION 

Je n’aime pas qu’on se moque de la mule. Ni que l’on rit d’elle. Elle est un croisement, un mélange. Elle n’est ni ceci et ni cela. C’est une véritable créature. Celle de l’homme. Elle apparait comme une nécessité, comme s’il manquait au cheval ou à l’âne quelque chose, l’homme a eu le besoin à un moment donné de les mélanger pour n’en faire qu’un : la mule (ou mulet pour les mâles).

Si la mère est la jument et le père l’âne, la réussite est proche.

A l’inverse, la nature peut produire l’opposé avec une mère ânesse et un père cheval. Le résultat est une erreur de la nature. (Le bardot)

Le mélange nous met dans la curiosité, et active des potentiels du fonctionnement non communs.

Ces êtres créés ne se reproduisent pas.

Capitana  et Voluntario sont arrivés par hasard aux écuries du Passage à Loix à l’âge de 10 et 11 ans. Elles étaient destinées à tirer les taureaux morts dans les arènes à Séville. Issues du cheval ibérique, elles ont du sang. Elles sont vives, indépendantes et libres. Espérer entrer en communication avec elles,  c’est leur plaire.

Cette proximité avec elles depuis maintenant 4 ans m’a montré qu’une fois qu’une mule nous accepte, elle se fond dans notre pensée. Cet accord pourtant parfait reste très fragile. A chaque  instant on a moyen de le perdre, elles créent l’inattendu et nous surprennent.

Se donneraient-elles en spectacle ?

 

Vient alors le rire par notre surprise face à leur intelligence. A son contact, un contrôle de soit bien particulier doit s’opérer. En faire quelque chose demande une rigueur, une écoute et beaucoup de patience. Sur la piste on ne trichera pas.

 

 

« On dit que d’un cheval on exige. D’un âne, on lui demande. D’une Mule, on négocie. »

Manu Bigarnet 

Point de départ de cette création

 

Depuis maintenant 6 ans tous les étés, la compagnie Of K’Horse (émanation artistique de l’association ARDEVAC) produit entre 3 et 12 spectacles à Loix – Ile de Ré.

Jusque là, la réalisation des spectacles a été faite par des professionnels alors qu’ ARDEVAC souhaite dans son projet de fond, former à la présentation artistique de travaux avec des chevaux.

Le moment est venu qu’une production fasse intervenir les élèves de l’école. La dynamique qui s’est développée par la présence du chapiteau l’été 2018, ainsi que le déplacement de l’activité en décembre à Périgny, nous oriente d’une manière naturelle à la création d’un spectacle d’élèves, orientés, guidés et soutenus par des professionnels.

Choisir le thème de l’hybride comme point de support à la création, implique pour chacun des membres de l’équipe, de se retrouver face à une recherche artistique.

La musique vivante sur ce spectacle nous permetra une grande liberté dans l’élaboration des tableaux ainsi qu’une possibilité de progression tout au long des représentations prévues.

LE THÈME DU SPECTACLE et son DÉVELOPPEMENT 

 

De ces êtres, de ces expériences, de cette intensité et de cette émanation étroite entre la mule et l’homme, nait la nécessité en moi de la partager.

Montrer cet hybride si souvent dévalorisé, par une succession de tableaux où leur polyvalence deviendra une évidence et leur état d’esprit une ambiance.

Mais aussi, en confrontant mule et cheval afin d’attiser la curiosité du public sur leur différence et leur complémentarité ; sur la façon dont nous y sommes tous confrontés, nous, Homme, dans notre cheminement d’ accomplissement personnel.

Liberté, voltige, dressage, attelage, poste hongroise, acrobaties découleront naturellement de cette relation unique et de ce travail façonné durant ces dernières années.

Leur œil coquin suspicieux mais toujours plein de tendresse et de gaieté, m’ amène à choisir un univers musical illustrant cet état d’esprit : de la musique vivante en live. L’improvisation, l’entrain, la convivialité et la joie devra pouvoir s’opposer à tout instant avec la nostalgie, la souffrance, l’oubli…

 -